Pour voir les autres participant(e)s, rendez-vous tout en bas de cette notule.

Après un T-shirt et une petite robe noire, je continue comme annoncé sur ma lancée pour ce Pinterest Challenge avec la couture d’une robe chasuble colorblock !

Et ce ne fut pas simple (un challenge, un vrai de vrai). Lors de mes derniers achats de Burda (à Paris en septembre), j’avais craqué entre autre sur la chasuble 105 du burda de septembre 2012. Il me la fallait ! En même temps, lors de la même virée parisienne, j’avais acheté un lainge rose framboise pour en faire un jupe, puis mon idée a évolué et j’ai décidé de l’utiliser pour cette chasuble, mais pas en unicolore, j’avais un peu peur que ça pique les yeux. J’ai alors décidé (il y a 3 mois) que je l’associerais à un lainage marine… Mais, bon, j’ai traîné à acheter ce tissu (en même temps, je ne vais pas non plus à Besançon (et encore moins à Paris) tous les jours !) et finalement, je n’ai eu tout le matériel nécessaire en main qu’il y a deux semaine (allez, peut-être 3…).

Je suis partie avec des idées bien arrêtées : respecter les proportions du patron, mais avec la partie haute rose, la partie basse bleu marine, avec une longue fermeture éclair marine le long du dos, doublée avec un chouette tissu qui pête… Et puis voilà ! Si on retrouve bien deux parties, ça ne correspond plus du tout à la robe originale, car entre l’idée de départ il y a eu quelques questionnements et remise en question, des doutes, des crises de rages contre certaine partie de mon anatomie et des modifications, pour s’adapter à tout ça…

Chasuble 105, Burda Style Sept. 2012

Lainage rose et doublure à empreintes,  Sacrés Coupons

Flanelle de laine marine, Mondial Tissu

Toute décidée que j’étais, j’avais déjà copié le patron quand je me suis questionnée (juste avant de couper dans le tissu, et encore heureux que ce n’était pas après) sur l’adaptabilité du modèle à ma morphologie.

Alors, je me suis mise tout nue (ou presque, en sous-vêtement), j’ai pris des photos, failli jeter l’appareil par la fenêtre (mais comme il est tout neuf, j’ai évité), je me suis vite rhabillée (rapport aux photos qui m’ont mis le moral dans les chaussettes… Une fois que je les avais remises, mes chaussettes, ça allait un peu mieux !), j’ai imprimé mes photos, recopié juste le contour de ma silhouette sur une autre feuille et ensuite redessiné par dessus la chasuble et j’ai peint tout ça (car j’avais aussi un petit doute pour les couleurs…).

Et là, là, ce fut le drame… Je me suis rendue compte que la séparation de couleur arrivait juste pile-poil à l’endroit le plus large de mon anatomie (à savoir mes hanches) en l’accentuant très fortement… J’ai pesté (beaucoup) contre les patrons burda pas adaptés à ma morphologie, etc, etc… Je ne vous rejoue pas le mélodrame, mais tout y était. Et puis je me suis dit que, bah, il y avait quand même moyen de faire quelque chose de bien. J’ai replongé dans mon petit stock de Burda pour voir si un autre patron m’inspirait (j’ai d’ailleurs vu quelques upes…), mais moi, j’avais envie de ma chasuble bi-colore…

Alors, j’ai modifié le patron : coupé la partie haute à la taille et rajouté ce que j’avais enlevé du haut à la partie basse. Et puis, des petites poches devant à la taille au changement de couleur, ça aurait eu l’air ridicule. Alors je les ai enlevées et j’ai modifié la partie basse pour ajouter des poches italiennes… J’ai tout aillé, tout cousu, et j’ai essayé, j’ai fait un petit défilé devant Pilou, et j’ai repesté…

Non, parce que, je ne vous ai pas parlé des histoires de tailles…

Lors de ma première couture Burda, j’ai pris peur devant leur tableau de tailles : je faisais d’après eux un 48 en bas et un 46 en haut (bon, après couture, pour le bas, un 44 Burda me va très bien…). Et là, ce patron s’arrêtait au 42… Or, en bas (rapport à mes hanches), il me faut du 44. En haut, je ne sais pas, je n’avais encore jamais essayé (mais certainement pas du 46…). Alors j’ai rusé. J’ai copié le 42 (soit la plus grande taille dispo), mais j’ai rajouté des marges de couture de 2 cm pour les coutures latérales pour couper les tissus, et après j’ai tout cousu à 1 cm (c’est clair, ou pas ? Si pas, je peux essayer de réexpliquer…). Et donc, j’ai essayé, et j’ai pesté…

Parce que le 42 en haut, ça me faisait un énorme carré où l’on ne distinguait plus rien : pas de taille, pas d’épaule, juste un gros bloc carré (désolée, pas de photos, mais il faudra me croire sur paroles…) Alors, j’ai décousu le haut, recopié en 40 avec des marges normales, et tout recousu. J’en ai aussi profité pour recreuser un peu les emmanchures pour qu’on voit quand même un peu mes épaules et pour décreuser un peu le décolleté qui était vraiment… trop décolleté.

Et ça me plaît beaucoup plus. On distingue un peu plus ma taille, et ça n’attire plus les yeux sur la partie de mon anatomie que j’aime le moins et on ne voit plus mon soutien-gorge non plus ! Le seul souci qui reste ?
Les emmanchures baillent un peu du fait que je les ai recreusées : j’aurais dû faire des pinces poitrine un peu plus importantes, mais c’est pas grave. Je n’ai pas prévu de porter cette robe sans T-shirt dessous, et donc, j’ai décidé que ce n’étais pas grave ! Ne me reste plus qu’à trouver le T-shirt parfait et la bonne paire de collants (parce qu’avec le froid qu’il fait, les collants sont obligatoires !)

Au niveau des techniques et finitions, dejà, je peux vous dire que je n’ai pas ouvert le livret Burda, je n’en ai fait qu’à ma tête, et ça a très bien marché comme ça (en même temps, ça ne ressemble plus trop à la robe de départ, donc…).

Et sinon, j’ai bien tout suivi les explications de Thread&Needles pour ouvrir les coutures et les surpiquer, et c’est clair que c’est bien plus net qu’avant.

Et j’ai enfin utilisé ce tuto de doublure d’une robe sans manche que j’avais mis sur Pinterest il y a déjà un moment. Et je ne peux que vous le conseiller ! C’est clair et efficace, et c’est chouette… Seule petite note supplémentaire non mise dans le tuto, pensez à cranter vos marges de couture avant de tout retourner sur l’endroit, ça vous évitera quelques plis disgracieux ou autres déformations de l’encolure et des emmanchures.

Et je vais juste ajouter un petit conseil que m’avait donné ma tante lorsque j’avais cousu ma robe de mariée : coupez la doublure un poil plus petite (1 à 2 mm pour chaque couture) que l’extérieur, mais en gardant toujours la même marge de couture, comme ça, la doublure ne ressortira pas sur l’avant… (Là aussi, est-ce que c’est compréhensible ? Si pas, je peux essayer de faire un tuto)

Maintenant, si vous le voulez bien, c’est à vous de partager vos créations.

Je vous propose donc de m’envoyer tout simplement le lien vers votre projet dans un message privé via “Contacter l’auteur“, et moi, je referai les liens dans la notule avec une petite photo…

Attention, toutefois, je ne le ferai que jusqu’au 6 mars ! Après, vous pourrez toujours mettre vos projets en commentaires, mais je ne ferai plus les liens dans ma notule…

Rendez-vous au mois d’avril pour le suivant Pinterest challenge !

1. Le patchwork “Colons de Catane” de Sarah (Napirasu)